Roma - Manchester , quart de finale ligue des champions  



La Roma propose un football total

Cela fait partie des grands match de la ligue des Champions et du jeu FIFA bien sur. Et au prix du marché actuel, il ne faut pas tant de crédits FUT pour constituer ce genre d'équipe : par contre ce qu'il faut c'est une tactique et la rigueur pour l'appliquer !


Quel match ! En effet, il n'y a que ces deux mots pour décrire la performance de football exceptionnel offerte par l'AS Roma. Car cela faisait longtemps qu'une équipe n'avait procuré aux spectateurs autant de jouissance visuelle.

Vitesse, précision, engagement, jeu collectif, technique, non, ce n'est pas la pub du nouveau Gillette Fusion, c'est la fusion et l'alchimie opérée par Spalletti et son maître de jeu, le splendide Francesco Totti.

Et bien que l'équipe de la capitale italienne encaisse un fort joli but sur un contre mené de pied de maître par le redoutable homme aux mille pieds (Cristiano Ronaldo), et ce en supériorité numérique, ce point noir ne vient pas entacher, la beauté des mouvements de la Louve.

Le premier but de Taddei intervient suite à une astuce de Francesco , complétée par un double contrôle de Mancini qui sert en retrait un Taddei infatigable et possédant à son actif une vision de jeu supersonique.

Le jeu produits par les Romains est magnifique.

Un jeu bas sur la passe rapide à terre (courtes et longues, nous avons carrément vu des transversales ras terre), des passes redoubles des mouvements incessants sur les ailes, des latéraux qui plongent comme à la plus belle époque de Cafu et Roberto Carlos en Seleçao, et un fantaisiste qui décroche pour mieux voir une animation offensive qui surgit aussi des ailes.

Quelle innovation tactique ! Une sorte d'équipe sans attaquants ou plutôt constituée seulement d'attaquants. (et ne me parlez pas du football total de l'Ajax des années 70 qui jouait deux km à  l'heure)

Tour à tour, Chivu, Panucci, Mexes, De Rossi, Mancini, Wilhelmsson, Taddei, Perrotta, Totti se retrouvent aux avants postes capables d'en planter un. Tout le monde défend, tout le monde attaque, avec une fougue féroce, une faim de ballon et de jeu.

Et quand le ballon est coincé près de la ligne de touche c'est avec une triangulation à une touche que Mexès, Taddei et Perrotta s'en sortent avant d'ouvrir le jeu en transitant par De Rossi. De l'autre côté tel un phoenix, Totti surgit, contrôle dos au but et vous envoie des frappes à faire frêmir le vent et le short large aux cuisses de Van der Sar.

Ferguson n'avait plus autant eu la frousse depuis longtemps, lui qui mâche tranquillement son chewing gum en Premiership, en s'ébahissant devant les exploits de son petit protégé Ronaldo.

Il faut dire que son capitaine du soir, ne lui a pas vraiment rendu service en faisant étalage de son côté sombre et stupide avec des fautes qui méritaient un rouge dans la première mi-temps.

La Roma ne méritait, elle, vraiment pas d'encaisser ce but, aussi beau soit-il (Rooney exécute parfaitement l'action) Mais que voulez-vous ceci est la destinée de toutes ces équipes qui nous ont fait rêver (Brésil 82, Hollande 74)

On comprend encore mieux comment ce dragon romain s'est débarrassé sans encombre du sextuple champion de France, Lyon, en huitième de finales : une classe, une maîtrise tactique, technique et physique au-dessus du lot ....


Chapeau Luciano et merci pour le spectacle positif proposé au stade Olympique de Rome, enfin.



  





KAREL POBORSKY joueur Mancunien
Manchester United a toujours su trouver des talents à l'Est et Poborsky a bien sur porté le maillot mythique de cette équipe
 


En savoir plus 
BUFFON et ses 500 matchs avec la Juve 

Un des plus grands gardine de buts des 15 denrières années : BUFFON n'espire qu'à battre des records maintenant ...


En savoir plus
Préparer votre équipe dans FIFA

Petite liste de conseils pour mettre en place un etactique et une équipe compétitive pour FUT 15

En savoir plus